Basecamp

La solution en quelques mots

Basecamp, à la base un outil de management de projet, a été conçu en 2004 par 37signals. L’outil met à disposition des espaces projet avec les fonctionnalités de gestion documentaire et de conversations liées au projet (Productivité collective et la collaboration), de gestion de temps et des documents personnels et de l’équipe (Productivité individuelle) et un espace de communication instantanée avec un outil de chat et des messages plus riches. 

Basecamp, met en lien toutes les  parties prenantes d’un projet global pour faciliter sa gestion à large échelle.  

Une application mobile s’ajoute à l’offre de Basecamp pour aider les managers et les membres d’équipes projet à rester productifs et avoir accès à leurs projets à tout moment.  Un plan économique simple et packagé par équipe fait de Basecamp une solution tout-en-un (à 99€/m) venant compléter l’offre de services. Basecamp a trouvé sa place au sein des startups américaines.

Angle pour développer la Digital Workplace

L’éditeur positionne son offre comme une alternative aux outils puissants du marché collaboratif. Dans la présentation de son offre, nous trouverons l’empreinte de Slack, de la suite Google et Office, de Trello d’Atlassian et d’autres outils connus de marché. Évidemment, l’éditeur cherche à offrir une alternative centralisée et packagée à un groupe d’outils interconnectés pour augmenter l’efficacité des utilisateurs.

Nouveautés et Roadmap

L’éditeur continue d’améliorer son produit, notamment avec une gestion des notifications revue, avec une ouverture possible pour des participants externes, avec un moteur de recherche plus performant ou encore une gestion des tâches plus poussée (suivi des tâches attribuées, génération de rapports automatiques…)

Beezy

La solution en quelques mots

Créée en 2011, la plateforme Beezy se base sur le socle SharePoint et les briques Microsoft 365 pour fournir un environnement de communication, collaboration, productivité et conversation autour du processus. Beezy se démarque des portails traditionnels en mettant la logique de flux d’activités au premier plan (représenté par un système de cartes central), à tous les étages de sa plateforme (page d’accueil, sites d’équipes, tableaux de bord individuels…). Chaque carte, proposée à l’utilisateur en fonction de ses activités, suggère une action (commentaire, évolution d’une tâche, traitement d’une donnée…) et est reliée à l’environnement dans lequel sa contribution est attendue (story Beezy, espace dans Teams, application externe). Beezy promeut une approche de sites communautaires pour outiller un but (communication, collaboration, vie d’équipe / d’entité). Beezy se déploie en complément de Microsoft 365, sur une infrastructure tierce. L’éditeur ne communique pas sur ses prix publics. Le produit séduit des clients comme Banco Santander, ZF, Bank of England, CaixaBank, Finning, IHS Markit.

Angle pour développer la Digital Workplace

Beezy opte pour un produit structurellement proche de SharePoint, prêt à l’emploi, mais avec une expérience qui lui est propre (flux de cartes), s’éloignant de l’approche de communication intranet traditionnelle.

L’éditeur a affiné son positionnement au fil des années : Beezy propose désormais un environnement abouti et hautement configurable. L’utilisateur peut configurer des remontées provenant de ses applications métiers (Workday, Service Now, Salesforce font partie du catalogue). Il pourra agir directement depuis sa Digital Workplace pour valider des actions ou converser avec ses collègues autour d’un événement remonté par l’application métier. 

Nouveautés et Roadmap

Beezy a renforcé sa présence en France et a récemment lancé sa version 4.0 avec des nouveautés majeures : module permettant de créer, industrialiser et gérer des sites globaux et locaux ; des fonctionnalités dédiées à une meilleure expérience de publication / consommation des contenus (vidéos Stream dans les stories, Hero display pour mettre en avant des contenus…) ; un socle pour construire des widgets personnalisés ; une application Beezy pour Teams, pour créer du lien contextualisé entre la Digital Workplace et l’environnement de productivité. 

Ces prochains mois, Beezy poursuivra sa progression sur la transformation des processus métiers via les Intelligent Workflows, intégrés dans son fonctionnement en flux de cartes.

Confluence

La solution en quelques mots

Confluence (l’un des outils collaboratifs de la suite Atlassian) fournit aux utilisateurs un espace de capitalisation des connaissances, type sites wiki, afin de centraliser les informations projet. Avec une expérience utilisateur améliorée, désormais les équipes projet peuvent partager entre elles un espace qui rassemble l’avancement du projet, les documents importants et informations de référence. 
Pour des équipes plus larges et transversales ou bien les entités d’une entreprise, Confluence pourrait être utilisé comme un forum de partage d’information et donc, pourrait couvrir les usages de communication à large échelle.
Tout le travail d’équipe peut être rassemblé dans un unique endroit ; l’affectation des tâches, le partage de documents, renvoi vers un article externe et le travail entre les différentes équipes. Deux offres Standard à 5$/u/m et Premium à 10$/u/m sont disponibles.

Angle pour développer la Digital Workplace

Atlassian devient de plus en plus une suite puissante et complète pour les équipes et aussi pour toute l’entreprise. Aujourd’hui, la suite Atlassian se compose d’outils collaboratifs faciles à prendre en main. Nous observons en revanche un manque autour des outils de production de documents, du fait que l’éditeur paraisse vouloir proposer une alternative actuelle Microsoft 365  et Google Suite. Si cela est la stratégie d’Atlassian, nous pourrons attendre l’ajout d’outils open source de création de documents en 2021.  

Nouveautés et Roadmap

Courant 2020, l’éditeur a déployé une toute nouvelle expérience de navigation et une nouvelle page d’accueil pour son produit. L’expérience se veut plus intuitive et plus lisible par rapport aux autres produits Atlassian.

Pour 2021, l’éditeur annonce travailler à permettre plus de collaboration avec des participants externes et à amener dans Confluence les automatisations maintenant permises par le moteur Jira.

Dropbox

La solution en quelques mots

Dropbox, avant tout, est un outil de gestion de documents. Historiquement, beaucoup d’utilisateurs choisissent Dropbox pour son expérience utilisateur à la pointe du marché. Depuis trois ans, la stratégie de l’éditeur s’est portée sur la création d’un espace collaboratif d’équipe avec la possibilité de créer des documents dans des formats standards (Google, Office). Dropbox a son propre format de documents textes, Dropbox paper, avec plusieurs fonctionnalités de collaboration. L’un des avantages de Dropbox étant la partie création des sites projet, Showcase, avec laquelle les membres de l’équipe peuvent partager avec les autres partie prenantes, une présentation des travaux effectués type sites projet.

Avec Dropbox à 18€/u/m (l’offre Advanced), il est possible de connecter d’autres applications (Google, Microsoft, Trello…) à l’environnement de travail d’équipe et avoir accès aux informations basiques provenant de leurs profils. Les entreprises internationales de toute taille utilisent Dropbox comme espaces documentaires (Expedia, National Geography, Desingit, etc)

Angle pour développer la Digital Workplace

Le pionnier de stockage documentaire en cloud varie son catalogue d’offres. 

Ces dernières années, Dropbox vise le marché collaboratif. D’un espace de stockage des documents, Dropbox est devenu un espace de travail collaboratif pour les petites et grandes équipes. Sa compatibilité avec les autres plateformes et la possibilité de créer des fichiers avec les formats différents et les transférer, fait que Dropbox devient une plateforme à suivre dans le marché digital. 

L’outil historique des scénarios “Best of breeds” complète sa promesse en matière de collaboration et peut être ajouté comme une couche collaborative à la Digital Workplace moderne. 

Nouveautés et Roadmap

Visant le travail collaboratif plutôt qu’un espace GED pour stocker les documents de travail, Dropbox s’est renforcé dans la sécurité en 2020. Différentes fonctionnalités ont été ajoutées, notamment les dossiers Dropbox Vault, afin d’assurer la sécurité des documents d’équipe. L’utilisateur a aussi la capacité de contrôler le mode de partage des documents en externe. Un module de suivi de partage aide désormais les utilisateurs à veiller à la visibilités des éléments partagés et les interactions autour.

Elium

La solution en quelques mots

Créé en 2008, Elium, anciennement Knowledge Plaza, propose une expérience de gestion des connaissances où l’utilisateur est invité à produire et partager son propre contenu via des templates facilitant l’édition. 

A cela s’ajoutent des fonctions sociales, comme le commentaire ou le like, permettant aux utilisateurs de réagir aux publications de leurs pairs. L’objectif est ici de proposer une expérience complémentaire à la simple gestion des connaissances permettant de fédérer les utilisateurs.

L’interface est simple et épurée, les contenus sont organisés dans des espaces modulables facilitant la recherche de l’information. 

Edf, Groupama, Capgemini, L’Oréal et d’autres groupes utilisent Elium avec une offre à 10€/u/m.

Angle pour développer la Digital Workplace

Elium se positionne sur une gestion sociale des connaissances. Ainsi la solution prend en quelque sorte la forme d’un réseau social d’entreprise pour favoriser un partage décentralisé de contenus. 

Les fonctionnalités éditoriales de la solution permettent aussi une gouvernance autour des informations partagées (templates, mises à jour régulières, etc.) pour assurer un knowledge management efficace.

Nouveautés et Roadmap

L’éditeur a mis en place de nouvelles fonctionnalités pour permettre un suivi plus fin des contenus partagé. Il est maintenant possible de gérer la mise à jour des contenus, de les partager à des populations précises et de suivre leur consultation, de consulter des analytics plus poussés, etc. La solution permet donc de suivre efficacement l’information tout au long de son cycle de vie.

Pour la prochaine année, Elium devrait permettre de gérer des workflows de publications et de gérer efficacement l’offboarding des utilisateurs pour assurer la survie des contenus dont ils avaient la charge.

Evernote

La solution en quelques mots

La promesse d’Evernote envers ses utilisateurs est simple : les aider à organiser idées, notes ou encore découvertes pour que plus rien ne leur échappe. Concrètement, il s’agit de votre carnet de notes papier de tous les jours, numérisé, enrichi de thèmes et d’étiquettes.

L’outil permet à ses utilisateurs de prendre des notes à travers une interface épurée, de les organiser en carnets, de les qualifier à l’aide de tags, ou encore de les partager avec d’autres. Le tout accessible quel que soit le device employé : laptop, smartphone, ou encore tablette.

La nature d’Evernote rend l’outil particulièrement polyvalent et pertinent pour de nombreux cas d’usage de productivité et de gestion des connaissances : stocker et organiser sa veille, favoriser l’émergence et la construction d’idées, alimenter un référentiel de connaissances, etc.

Angle pour développer la Digital Workplace

Au cours des dernières années, Evernote a vu de nombreux concurrents émerger sur son marché. En réponse, l’éditeur a souhaité renforcer son positionnement sur les usages de productivité individuelle qui ont toujours fait sa force, à travers des campagnes d’inbound marketing, des livres blanc, et en se montrant plus présent aux événements renommés.Cependant, l’éditeur se positionne également sur des usages plus collectifs, avec des équipes de taille petite à moyenne (entre 5 et 100 utilisateurs). L’outil est donc accessible en SaaS, soit individuellement avec l’offre Free ou l’offre Premium à 6,99€ par mois, soit collectivement avec l’offre Business à 13,99€ par utilisateur, par mois. Cette dernière offre présente l’avantage de centraliser les données et les travaux de tous les membres d’une équipe sur une instance commune, ce qui facilite le partage et l’administration. Sur son offre Business, Evernote compte des clients de milieux très variés, allant de l’éducation au retail, en passant par l’industrie.

Nouveautés et Roadmap

En 2020 l’éditeur a revu l’ensemble de ses applications (iOS, Android, PC, Mac…) pour proposer une toute nouvelle UX pour gérer ses notes ainsi que quelques nouvelles fonctionnalités.

Dans les prochains mois, l’éditeur continue également de travailler sur la gestion cloud des contenus Evernote et d’améliorer l’infrastructure de la solution.

eXo Platform

La solution en quelques mots

Créée en 2010 en France, eXo Platform est un socle open source permettant de couvrir un panel large d’usages standards : structuration de portails de communication et accès à l’information, mise en réseau, organisation de communautés d’intérêts / projets, production autour de documents de tout type (Office, Google, Only Office…), coordination et productivité des équipes… Aujourd’hui disponible dans sa version 6, l’expérience utilisateur de l’outil repose sur le paramétrage qui en est fait. Nativement, l’outil sera packagé et performant sur les cas d’usages précédemment cités, avec un appui fort sur la gamification. Le socle permet de construire des environnements de communication pour toute l’entreprise, avec un premier niveau d’articulation avec d’autres environnements (Microsoft, Google, bases documentaires…), tout en proposant des fonctionnalités de travail collaboratif accessibles pour tous les niveaux de maturité. Il faut compter 5 à 6$ / utilisateur / mois ; Différents plans dégressifs sont disponibles. eXo compte HSBC France et des organisations publiques (l’Elysée, Ministère des Affaires étrangères…) dans ses clients.

Angle pour développer la Digital Workplace

eXo Platform adresse idéalement les organisations ayant un socle messagerie / bureautique open source, n’ayant pas opté pour le Cloud avec Microsoft ou Google, préférant opter pour une alternative économique, souveraine. L’éditeur choisit d’outiller un large panel d’usages généralistes, dans une expérience utilisateur homogène. eXo Platform se démarque au fil des années par son caractère configurable, sa communauté vivante, la gamification au centre de ses fonctionnalités, son système de monnaie virtuelle. eXo Platform fournit un premier niveau d’articulation avec les environnements Microsoft et Google (email, recherche dans les Drives…) sans se positionner comme une surcouche.

Nouveautés et Roadmap

eXo Platform a sorti la version 6 de son produit, à l’expérience utilisateur refondue et un positionnement différenciant autour de la gamification toujours plus affirmé. L’ADN du produit réside dans ses usages de communication et d’accès à l’information ; les fonctions de contribution ont donc été revues et enrichies (rôles de curateur, rédacteur) et l’interface de recherche (qui couvre des Drives externes à eXo) a été remaniée. Côté collaboration et productivité, de nouveaux templates de communauté projet sont à disposition, la gestion de tâche a été enrichie (conversations), les intégrations avec Only Office ont été renforcées. En 2021, eXo Platform compte progresser sur l’articulation avec les socles Microsoft / Google (intégration des calendriers, coédition dans Office Online directement depuis eXo), développer la gestion de tâches (vues Gantt / Kanban), mettre en place une intégration forte avec Jitsi (enregistrement, partage d’écran, visio).

GO Fast

La solution en quelques mots

GoFAST est un outil français de collaboration conçu par la société CEO-Vision.  L’outil de GED collaboratif (Open source basé sur la technologie Drupal) facilite la collaboration autour des documents. L’utilisateur dispose d’un environnement de collaboration complet avec des bibliothèques de documents, un outil de gestion de tâches, les canaux conversationnels pour contextualiser les échanges et les outils de visioconférence. 

Les intégrations de GoFAST avec les outils spécialistes font de l’outil une suite de collaboration alternative aux géants américains (Office Online et Google Docs). Les intégrations notamment, Bluemind pour la boîte mail et l’agenda, OnlyOffice pour les usages bureautiques, YouSign pour des signatures électroniques, Bonitasoft un moteur de workflow puissant, Jitsi Meet pour les réunions en ligne, Riot matrix pour la messagerie instantanée proposent des fonctionnalités complémentaires au positionnement de GoFAST. 

Angle pour développer la Digital Workplace

La nouvelle version de GoFAST se positionne particulièrement face à Microsoft Teams avec un panel complet d’usages de collaboration. L’automatisation des workflows est au coeur du positionnement de l’outil. Des partenariats avec les outils spécialistes font de l’outil un hub d’applications interconnectées.  

L’éditeur cherche à trouver sa place au sein des entreprises de taille moyenne (plus de 150 collaborateurs) qui souhaitent remplacer leurs environnement de travail par une suite sécurisée, souvent on-premise. 

Nouveautés et Roadmap

En 2020, GoFAST a proposé une nouvelle offre concurrente à Microsoft Teams avec les messageries collaboratives, un outil de KanBan, les formulaires de demande et un moteur de workflow. 

Ce qu’il faut attendre de GoFAST dans les deux années qui viennent est une amélioration massive de l’expérience utilisateur en réinventant l’architecture de l’outil, historiquement basée sur Drupal. Un moteur de recherche est en cours de développement et ajoutera un axe important de collaboration à la proposition de valeur de l’outil. 

L’outil à suivre ! 

Google Workspace

La solution en quelques mots

Google Workspace (anciennement G Suite) est l’environnement numérique de travail en ligne développé par Google. Offre visant l’intuitivité plus que l’expansion fonctionnelle, Google Workspace a fidélisé ses utilisateurs via une expérience de l’email alternative et des usages de collaboration, de coédition, de partage et de stockage de documents fluides, instinctifs. L’ensemble des applications est simple d’accès bien qu’aucun portail ne permettent nativement de les recenser avec cohérence globale. L’ensemble de la suite est disponible sur mobile et offre une expérience utilisateur tout aussi réussie que sur son poste de travail. Google Workspace est articulée autour de 4 piliers : GMail / Calendar, environnement central du quotidien de l’utilisateur, Meet pour les usages de réunion, Chat pour les conversations individuelles et d’équipes,  Google Drive / Google Docs pour l’organisation et la collaboration autour du document. Autrefois une alternative avant tout économique à Microsoft, les prix publics de Google Workspace vont de 5,20 € / utilisateur / mois (Starter) à 15,60 € / utilisateur / mois (Business Plus).

Angle pour développer la Digital Workplace

Depuis 15 ans, Google développe un environnement conçu pour la collaboration dans le Cloud. Google a fait de GMail sa Digital Workplace : l’interface est le point central par lequel l’utilisateur traite l’information avec une logique de flux, puis interagit avec d’autres briques (calendrier, réunions, messagerie d’équipe, commentaires et tâches dans les documents…). L’autre centre de gravité de Google Workspace est la collaboration autour du document en temps réel. Contrairement à Microsoft (navigateur Edge anecdotique), l’expérience utilisateur est bonifiée par l’usage du navigateur Google Chrome (recherche des documents récents, connexion au profil utilisateur…). Cette approche séduit Auchan Retail, Veolia, Airbus, notamment.

Nouveautés et Roadmap

Les évolutions fonctionnelles sur les usages de réunion ont rythmé les mois passés pour Meet (augmentation des limites des participants, intégration du tableau blanc, breakout rooms, arrière-plans, équipement pour les salles et synchronisation…). Google enterre Hangout en déployant “Chat”, sa messagerie d’équipe intégrée à GMail. Il est désormais possible de créer des salons dans lesquels conversations, documents, notes Keep peuvent être partagés. De manière anecdotique, Currents remplace officiellement Google+. GMail continue sa progression avec des  interactions de plus en plus poussées avec les Drives et documents. Google App Engine et AppSheet viennent augmenter l’offre en fournissant un environnement Low-Code pour la création d’applications, le traitement des données et l’automatisation des processus. 

Happeo

La solution en quelques mots

Happeo est un portail de communication conçu pour faire de Google Workspace une DWP. La solution complète l’offre de Google en ajoutant une couche sociale à la collaboration dans l’environnement socle, basée sur GMail. La communication et  la mise en réseau des collaborateurs sont les deux principaux piliers de l’outil. L’accès à l’annuaire de son entreprise, la recherche, le partage d’information et d’expertise sont mieux couverts dans Happeo que dans Google Workspace.

Les “Pages” permettent à l’entreprise de créer un intranet de communication en toute simplicité avec une logique CMS “plug & play”. Afin d’enrichir l’environnement de travail, les utilisateurs peuvent également ajouter différents outils (via un lien) à leur plateforme et y accéder depuis leur Home page ou bien depuis leurs communautés (Channels). Utiliser Happeo coûte entre 4 et 6€ / utilisateur / mois. L’éditeur compte Nestlé parmi ses clients majeurs.

Angle pour développer la Digital Workplace

Happeo choisit l’approche “portail de communication” pour sa Digital Workplace, en cherchant à améliorer la communication et la circulation de l’information au sein de Google Workspace. L’accès aux ressources nécessaires pour la collaboration est plus fluide que dans Google Workspace, dont l’expérience reste morcelée et centralisée dans GMail. Chaque communauté peut disposer d’un Drive et un agenda partagé. Happeo renforce le socle Google en valorisant les services à disposition des utilisateurs.

Nouveautés et Roadmap

L’entreprise finlandaise a profité d’une levée de fonds de 12m$ en 2020. Cela a permis d’investir sur des sujets variés. L’articulation avec les outils tiers est renforcée et propose un SSO avec Trello, Webex Teams, Salesforce et Slack. Les droits d’accès aux informations sont affinés.

La recherche de contenu est améliorée au sein de Happeo. Du côté administrateur, Search analytics permet d’identifier les publications qui ont généré plus d’engagement (contenu plus recherché, plus de like, commentaire, etc) mais aussi d’identifier les collaborateurs influenceurs.

Jalios

La solution en quelques mots

Jalios Workplace  est une solution française adressant un large panel d’usages de communication d’entreprise (articles à la une, flux…), de collaboration en équipe (communautés), de réseau social d’entreprise, de productivité individuelle et collective (gestion de tâches allant à l’essentiel), de capitalisation (organisation et qualification des contenus), d’apprentissage social (module dédié), de travail avec l’externe (extranet) et d’accès à d’autres applications. Jalios est un acteur français incontournable, connu pour avoir déployé des portails intranet de communication et de collaboration, dans des organisations privées (MAIF, SODIAAL, SFR Business…) comme publiques (RATP, AFD, Région Bretagne…). 

Les licences sont comprises entre 6 et 8 € / utilisateur / mois,  hors option. Des coûts de mise en place et de maintenance auprès d’un intégrateur sont à prévoir.

Angle pour développer la Digital Workplace

Jalios cultive depuis des années une approche “tout en un” de la Digital Workplace, que ce soit comme alternative (historiquement) ou complément (depuis récemment) de Microsoft / Google. L’éditeur séduit particulièrement les organisations en quête de souveraineté numérique, souhaitant conserver une architecture on-premise / hybride. Jalios est fortement présent dans le secteur public. A titre d’exemple, Jalios équipe la Direction Interministérielle du Numérique (DINUM), via la plateforme Osmose. Depuis 20 ans, l’éditeur est dans une logique de croissance maîtrisée, se finançant sur fonds propres et investissant 25% des ressources en R&D.

Nouveautés et Roadmap

De nombreuses nouveautés ont été apportées sur l’ensemble des modules de Jalios Workplace : nouvelle application mobile, module JLearn disponible dans sa 3ème version, nouveau module de conversation web “Horizon”, nouvelle plateforme JCall s’intégrant avec les standards du moment (Jitsi, Zoom, Teams), JBot et ses  intégrations avec Rasa, DialogFlow.

En 2021, Jalios développe une nouvelle version de son CMS JPortal et poursuit sa progression sur son articulation avec Microsoft et Google (partenariats, intégrations des annuaires unifiés…). Sur ce sujet, l’éditeur est sur une ligne de crête : Jalios investit d’autre part dans le développement de fonctionnalités concurrentes (messagerie d’équipe Collab’Horizon).

Jamespot

La solution en quelques mots

Créée en 2005, Jamespot est une plateforme de réseau social d’entreprise conçue pour les équipes métiers. La société  française compte aujourd’hui 35 collaborateurs. La solution se caractérise par sa modularité grâce à son catalogue d’apps variées (base de connaissances, enquêtes, flash infos, remontée terrain, plans d’actions, idée d’innovation, formulaires personnalisés, etc.) qui enrichissent les communautés de l’utilisateur. 

La plateforme se présente ainsi comme un hub métier avec un fil d’actualité personnel qui agrège les contenus et activités des groupes de travail de l’utilisateur. Jamespot compte parmi ses clients l’Assurance Maladie, l’Ucanss, BNP Paribas Real Estate.  La plateforme est disponible en mode SaaS à un tarif de 5 à 15,60 € / utilisateur / mois.

Angle pour développer la Digital Workplace

La plateforme est customisable suivant une logique modulaire. Des applications métiers construites par Jamespot sont activables à la volée depuis un app center pour couvrir les différents besoins des équipes métiers. Il est également possible de construire ses propres types de contenus pour adresser des usages métiers spécifiques. L’outil se positionne finalement comme complément et comme concurrent à Microsoft 365 et Google Workplace, notamment grâce à sa modularité, sa  capacité à outiller la communication interne ou encore sa capacité à mettre en place un portail aux couleurs de l’entreprise cliente.

Nouveautés et Roadmap

Côté nouveautés, Jamespot propose de nouvelles apps pour faciliter la gestion des plateformes avec de nombreux utilisateurs : Fast Intranet permet ainsi de mettre en place des templates de portail pour fournir une page d’accueil définie à l’utilisateur, Communautés permet quant à elle la gestion de “mini plateformes” qui peuvent être dédiées à un métier, un site, une région…

Pour sa roadmap, l’éditeur compte développer ses fonctionnalités de productivité : tchat, coédition avec OnlyOffice, gestion des notifications ou encore gestion des tâches.

Lively

La solution en quelques mots

Inspheris est une société française qui édite la solution Lively depuis 2006. Lively est un intranet de communication, destiné aux entreprises qui veulent donner vie à leur communication en créant un hub d’informations. 

L’outil est moderne avec une philosophie traditionnelle. Les publications se font sous la forme d’articles, de “quick post” (ou autres types de contenus instanciés au lancement) depuis le bandeau principal de l’outil. L’utilisateur suit ensuite un formulaire d’édition riche pour choisir son audience et plus globalement ses options de publications. Seuls les commentaires peuvent être publiés directement en front office pour assurer une bonne interaction autour de l’information de référence. Lively se démarque sur la mise en scène de l’information par fil d’actualité plus proche d’un outil de réseau social d’entreprise que d’un intranet classique éditorial. 

Le coût de licences de Lively est en phase avec d’autres acteurs français, environ 2€/u/m, en fonction du nombre d’utilisateurs de l’entreprise.  LVMH, Renault, Canal+ et d’autres grands groupes français utilisent Lively comme leur intranet de communication.

Angle pour développer la Digital Workplace

Inspheris positionne Lively comme hub d’information pour la communication d’entreprise. La solution est distribuée au choix en SaaS ou on premise.

L’éditeur ambitionne d’adresser tous les usages de diffusion d’information corporate des entreprises jusqu’à la circulation dans l’entreprise. Ainsi Inspheris porte une stratégie d’intégration sur mesure avec ses clients. Le socle de la solution est packagé, pour autant, l’éditeur n’hésite pas à proposer des développements spécifiques voire à adapter sa roadmap pour répondre aux besoins d’intégration de ses clients.

Nouveautés et Roadmap

En 2020, l’éditeur a effectué un changement de stratégie marquant en proposant une nouvelle offre à destination des PME. En plus du support dédié, l’éditeur avance donc une solution plus packagée pour faciliter le déploiement et la prise en main par les personnes en charge (notamment grâce à la mise en place de pages “ressources” plus statiques que le reste de la plateforme). Cette offre s’accompagne d’une offre pour déployer uniquement l’application, à prix réduit, et de nouveaux modules comme le transfert de documents, l’organisation de live vidéo ou la réservation du flex office.

Courant 2021, l’éditeur compte déployer une nouvelle application Lively Publisher à destination des contributeurs pour faciliter la production et la diffusion des contenus de communication.

LumApps

La solution en quelques mots

LumApps a construit sa réputation sur la qualité de sa surcouche à  Google Workplace, adressant les usages de communication d’entreprise structurée, communautaires et sociaux non couverts par l’environnement de Google, avec une forte intégration avec leur environnement (GDrive, Agenda, annuaire). L’éditeur a capitalisé sur sa renommée à l’international et levé 70m$ début 2020 pour développer une solution de Digital Workplace pour Microsoft 365. Le produit prend la forme d’un agrégateur des solutions du SI, permettant de remonter les informations de l’environnement de travail (Teams, Yammer, OneDrive, Outlook, etc.) et d’autres univers (référentiels d’information, applications métiers). LumApps apporte un socle de gestion de contenu permettant de contextualiser l’information par rapport au profil de l’utilisateur, en favorisant l’accès au contenu via la recherche, les bots. Les fonctionnalités d’Employee Advocacy ont une place centrale dans le produit. Les licences LumApps coûtent 2-3 € / utilisateur / mois.

Angle pour développer la Digital Workplace

LumApps ambitionne de marier les atouts d’un intranet traditionnel pour des organisations complexes (Auchan, Airbus, Veolia, Geodis…), avec une forte adhérence à Microsoft 365 et Google Workspace. La solution vise à toucher les frontlines et apporter de la lisibilité à l’information produite dans les espaces collaboratifs. LumApps ambitionne d’être la plateforme centrale agrégeant toute l’information, y compris celle venant d’applications tierces. L’angle choisi est celui de la configuration de widgets, avec un degré d’autonomie limité vis-à-vis de l’éditeur. 

Nouveautés et Roadmap

LumApps a poursuivi les évolutions autour de son socle intranet, en dotant le header, la recherche et les affichages par profil de nouvelles fonctionnalités et expériences. L’éditeur a sorti une application dédiée aux Frontline Workers (illustrée par un retour d’expérience avec FM Logistics). L’environnement proposé dispose d’ une connexion sans adresse email, d’une expérience utilisateur allant à l’essentiel (alertes, actualités globales et locales / contextualisées), conversations de groupes, accès aux référentiels d’information, remontée de problèmes… LumApps s’est illustré cette année en fournissant une version de son produit adaptée à la gestion de crise et est entrée dans le Google Cloud Marketplace. En 2021, LumApps travaillera sur son portail  de développement / SDK, les capacités de son Search (folksonomie, recommandations) et ses connecteurs (Zendesk, Salesforce, Workday).

Mattermost

La solution en quelques mots

Mattermost est une messagerie d’équipe open source, se positionnant comme alternative à Slack et Teams. La plateforme rassemble donc des fonctionnalités de conversations en canaux, de partage de fichiers, d’intégration avec des applications tierces et d’échanges synchrones (audio, vidéo). L’expérience s’approche des standards du marché. Par rapport à Slack, les utilisateurs devront faire des concessions quant à la richesse des connecteurs (dix fois moins nombreux que pour Slack)  et leur profondeurs d’articulation.

Si une version SaaS existe, les entreprises optent pour la version propriétaire, afin de déployer la messagerie d’équipe sur leurs infrastructures, en y appliquant leur propre politique de gestion. Une version payante existe (Enterprise Edition, aux fonctionnalités de sécurité avancées) pour un coût de 10 € / utilisateur / mois. Samsung, Deloitte ou Plastic Omnium utilisent Mattermost.  L’éditeur a levé 50m$ en 2019.

Angle pour développer la Digital Workplace

Pour concurrencer Slack sur un terrain équivalent (messagerie d’équipe configurable et articulée avec d’autres applications), Mattermost mise sur sa capacité à être configuré, installé et géré sur les infrastructures de ses clients. Ce positionnement rassurera les DSI devant déployer un équivalent de Slack à large échelle dans l’entreprise, en respectant des exigences de sécurité. Mattermost remplira alors ses fonctions de chat persistent, mais en montrant ses limites en matière d’interopérabilité.  

Nouveautés et Roadmap

Mattermost renforce son socle avec une intégration avec l’agenda Outlook. L’expérience utilisateur est améliorée, avec la capacité de personnalisation de la barre latérale.
Les administrateurs disposent de fonctionnalités supplémentaires pour gérer le tenant de l’entreprise pour l’offre “ Enterprise Edition”. Des droits d’accès plus fins sont configurables et un système d’authentification avec Open ID Connect est disponible, pour une ouverture à l’externe possible.

Microsoft 365 + SalesTim

La solution en quelques mots

SalesTim est une plateforme française complémentaire à Microsoft Teams pour en faciliter la gouvernance et permettre aux équipes métiers de tirer de la valeur de leur messagerie d’équipe

Pour les gestionnaires de Teams, l’outil facilite l’application de règles de gestion (conventions de nommage, processus de création de Teams et workflow d’approbation, articulation de Teams avec des groupes de droits, etc.). Pour les équipes métiers, la plateforme permet de configurer leurs environnements Teams à partir de templates définis (réponse à appel d’offres, équipe projet, comité…). 

L’éditeur fournit également un environnement facilitant l’intégration de Teams + SalesTim avec des applications externes (notamment Salesforce). 

Angle pour développer la Digital Workplace

SalesTim adresse le marché des entreprises déployant / ayant déployé Teams et souhaitant structurer une approche de gouvernance de l’usage et aller plus loin en matière d’exploitation métier du produit de Microsoft, désormais largement répandu. Les équipes digitales / IT confrontées aux problèmes d’usages sauvage ou superficiels de Teams seront particulièrement réceptives à la proposition de valeur de SalesTim. La plateforme peut être le socle du Design de services avec Teams, notamment grâce aux travaux en cours sur l’environnement d’intégration avec des applications tierces.

Nouveautés et Roadmap

Autrefois concentrée sur la productivité et la conversation autour du processus de vente (l’éditeur  visait au départ de connecter Teams et Salesforce), SalesTim accélère son développement en matière de plateforme généraliste complémentaire à Teams. La solution se dote de fonctionnalités renforcées sur la capacité de gestion des Teams (nouveau workflow d’approbation, simplification des systèmes de convention de nommage…) et des templates d’espaces toujours plus aboutis. 

SalesTim soigne ses API et fournit un environnement transparent pour travailler des articulations avec d’autres applications.

Microsoft 365

La solution en quelques mots

Microsoft 365 regroupe une infrastructure (Azure), un système d’exploitation (Windows 10), une offre socle messagerie (Outlook) et bureautique (Office) sur laquelle l’éditeur est leader. Ce socle est enrichi d’applications de collaboration (Teams, SharePoint, Yammer…)  et d’une plateforme low code (Power Platform),  visant à équiper tout type d’organisation sur un maximum de cas d’usagesMicrosoft 365 s’articule à la fois autour du Cloud et de l’environnement de travail bureautique traditionnel. Un choix hybride assumé permettant de travailler sur des outils bureautiques riches et de stocker directement en ligne. L’offre est déclinée dans de multiples variantes aux prix croissants (de 4,90 € / utilisateur / mois – Business Basic, à 53,70 € / utilisateur / mois – E5). L’arrivée de la Power Platform (add-on) complexifie la lecture des prix.

Angle pour développer la Digital Workplace

En quelques années, Microsoft a réussi à passer ses clients dans le Cloud, en construisant une offre contractuelle complète : système d’exploitation, gestion et sécurité, collaboration. Microsoft a fait de Teams sa Digital Workplace, en mettant en musique les usages traditionnels de réunion, conversations d’équipes et partage de documents. Ce point de passage quotidien vise à être complété par des intégrations sur étagère avec des acteurs spécialisés, ainsi que des articulations plus poussées avec d’autres applications, via Power Platform. 

Nouveautés et Roadmap

Microsoft Teams est au centre des évolutions et de la roadmap de l’éditeur, particulièrement vivante sur le sujet des réunions (amélioration de l’expérience pour le présentateur, tchat intégré avec fonctionnalités de partage, breakout rooms, configuration de l’expérience pour l’utilisateur avant de rejoindre une réunion…). L’expérience autour des posts a été augmentée (épingler un message, mise en forme…). Les listes (historiquement associées à SharePoint) font leur apparition. L’intégration avec SharePoint se poursuit (connecteur Home Site). La bureautique en mobilité progresse (Office app centralise Word, Excel, PowerPoint et désormais Forms). En 2021, Microsoft ambitionne de développer une offre incluant les Frontline Workers via la licence F3 (anciennement F1) et des fonctionnalités Teams dédiées (Walkie Talkie, connecteur Shift / Power Automate). L’environnement Low-Code Power Platform stimule l’écosystème. Le programme Microsoft Cortex enterre Delve et vise à profiter du Microsoft Graph pour développer des services intelligents autour de l’offre.

Mozzaik 365

La solution en quelques mots

Mozzaik 365 est une plateforme éditée par Infeeny (du groupe Econocom) visant à étendre les fonctionnalités de gestion de contenus de Microsoft 365 / SharePoint. Mozzaik 365 tire profit de la Modern Experience de SharePoint pour permettre de construire des portails digital workplace, des intranets d’entreprises ou d’équipes locales / métiers, des bases de connaissances, voire des espaces collaboratifs structurés. La plateforme propose une usine à sites et des modèles sur lesquels se baser, ainsi qu’une vingtaine de fonctionnalités travaillées à partir de SharePoint, prêtes à l’emploi et activables ou non, suivant son besoin. On y retrouve majoritairement des fonctions de pur CMS (galerie d’images, multilinguisme, interfaces de contributions simplifiées…) et des passerelles avec d’autres plateformes Microsoft 365 (commentaires Yammer, formulaire PowerApps…). La navigation globale est facilitée par une barre latérale (marque de fabrique de l’éditeur) rendant toutes les rubriques de la plateforme accessible en quelques clics. Le Groupe Bouygues a choisi Mozzaik 365 pour outiller sa Digital Workplace. 

Angle pour développer la Digital Workplace

Mozzaik a choisi l’angle portail et communication pour développer son approche Digital Workplace. Mozzaik 365 transforme SharePoint en usine à sites prête à l’emploi, déployable en quelques semaines, avec une approche modulaire niveau fonctionnalités. Le produit se démarque de ses concurrents par un tarif agressif (1 € / utilisateur / mois) et un environnement simple, centré sur un nombre de fonctionnalités réduit. L’éditeur s’adresse majoritairement aux équipes digitales pluridisciplinaires ainsi qu’aux équipes de communication, séduites par l’efficacité du socle, la capacité à créer des templates à la volée, la proximité avec SharePoint… .  Mozzaik 365 est déployé sur son infrastructure Azure, articulée avec celle du client.   

Nouveautés et Roadmap

Mozzaik 365 fait évoluer son infrastructure pour simplifier les interactions avec l’environnement client et faciliter l’administration. Un composant Teams a fait son apparition, pour permettre de construire un pont entre l’environnement de communication et la productivité des équipes. Le composant Designer simplifie l’expérience Modern de SharePoint. Mozzaik 365 continue d’investir dans des templates prêts à l’emploi (intranet top down, tableaux de bord collaborateur, configuration d’espaces faisant le lien avec l’environnement physique, espaces projets, helpdesk, boîte à idées…). Mozzaik 365 joue la carte de l’appropriation de son socle allant à l’essentiel par les équipes digitales.

Notion

La solution en quelques mots

Notion est un outil tout-en-un pour collaborer autour des notes, projets, documents et tâches. L’outil s’adresse aux individus et aux équipes pour organiser les notes et les tâches, surtout dans les milieux de l’ingénierie, de la R&D ou de la conception produits. 

L’outil a la capacité de remplacer complètement les outils bureautiques (que peuvent proposer Microsoft 365 et Google) avec une approche simple : tout le travail dans un seul espace. Les notes, les tâches avec différentes vues, les contenus écrits ou multimédia sont tous centralisés dans un espace simple d’utilisation et intuitif pour assurer le niveau de transparence souhaité pour toutes les parties prenantes d’un projet.

Notion est avant tout ce que l’utilisateur en fait en fonction de son besoin. L’utilité de l’outil peut varier d’un carnet de note, à un wiki des projets, un espace de gestion de projet ou un outil tout en un. Chaque client de Notion (IBM, Nike, Deliveroo, Pixar, Samsung) l’utilise d’une manière différente à un coût relativement réduit (8$/u/m).

Angle pour développer la Digital Workplace

Notion est une base d’informations ou un “wiki” de projets sous forme de texte, multimédia et tâches. L’outil cherche à centraliser la collaboration asynchrone dans un espace contextualisé. Management projet, production de documents, prise de notes partagées, organisation et construction de livrables. 

L’outil cède la communication synchrone mais aussi la communication au sens large aux outils spécialisés notamment Slack pour les échanges et les réunions. 

Nouveautés et Roadmap

En 2020, année pendant laquelle la plupart des start-ups ont été mises en danger par la crise sanitaire, Notion a investi 50m$ dans le développement de son produit. Avec l’ambition de remplacer tous les outils de collaborations utilisés quotidiennement par l’utilisateur, Notion cherche plus d’utilisateurs partout dans le monde. 

Après la généralisation de télétravail et le besoin des équipes à travailler ensemble à distance, Notion a quadruplé ses utilisateurs et a renforcé son positionnement pour les années à venir. 

Powell Software

La solution en quelques mots

Powell Software édite une suite de produits de Digital Workplace complétant Microsoft 365. Historiquement structurée autour de deux produits basés sur SharePoint (Powell Intranet pour construire des portails d’entreprises et communautaires et Powell Manager pour équiper la gestion des sites), l’offre inclut désormais Powell Teams, une plateforme pour outiller la gouvernance autour du produit phare de Microsoft (gestion du cycle de vie des espaces, création d’espaces à partir de templates…). Après quelques années d’évolutions de ses produits de manière indépendante, l’éditeur a pour cible de proposer un environnement et une offre unifiés. Powell Software fournit un des environnements les plus configurables du marché, s’appliquant directement sur l’infrastructure Microsoft 365 de l’entreprise, pensé pour les équipes digitales et les administrateurs d’environnements Digital Workplace. D’un point de vue économique, il faut voir Powell Software comme un ensemble d’add-ons à Microsoft 365 (env. 1 € / utilisateur / mois) hors coûts de mise en place. L’éditeur compte parmi ses clients La Poste, la SNCF, Mersen, Systra.

Angle pour développer la Digital Workplace

Powell Software défend une approche de Digital Workplace complète (communication avec Powell Intranet, productivité et processus avec Powell Teams, gouvernance avec Powell Manager) au plus proche de Microsoft 365. L’éditeur ambitionne d’adresser tous les clients de Microsoft souhaitant déployer un environnement unifié pour tous ses collaborateurs. Powell Software fait le choix d’un environnement configurable et généraliste, appliqué sur l’infrastructure Microsoft client, ce qui le démarque de certains concurrents proposant une infrastructure tierce. 

Nouveautés et Roadmap

Après l’émancipation d’Expertime en 2019, Powell Software a finalisé une levée de fonds de 16m$ en 2020, qui lui permet aujourd’hui de fortement faire évoluer son équipe, d’être pionnier sur la gouvernance Teams (sortie d’une plateforme dédiée), de réaligner ses produits (unification de l’expérience, infrastructure, modèle économique). Powell Software poursuit son ouverture à d’autres environnements que Microsoft, en proposant des intégrations (Workday, ServiceNow…).

Powell Software devrait poursuivre sur la voie de l’outillage des métiers, en délivrant des templates adaptés à des cas d’usages spécifiques (RH, forces de vente, support, dualité télétravail / présence sur site…). L’éditeur se tient prêt à profiter des avancées de Microsoft sur son projet Cortex, sur le développement de la Power Platform. Powell Software proposera une offre pour connecter les frontline workers et leur permettre de consommer l’information d’entreprise. 

Slack

La solution en quelques mots

Slack est une plateforme de productivité hautement conversationnelle conçue pour les opérationnels, qui permet de communiquer en équipe et en temps réel à travers des canaux de discussion organisés par sujet. Les usages phares, initialement centrés autour de la productivité collective, se rapprochent désormais de la centralisation des flux applicatifs tiers. Slack devient un hub d’applications pour les équipes, qui accèdent ainsi aux informations remontées depuis leurs outils métiers directement dans un canal de conversation. Il est également possible d’effectuer des actions depuis Slack vers un outil externe bien souvent à l’aide de raccourcis claviers. Enfin, la plateforme propose l’une des meilleures expériences utilisateur du marché.

L’interopérabilité est aujourd’hui l’une des plus grandes forces de Slack. Son marché d’intégration est le plus fourni à ce jour, avec plusieurs centaines de bots et d’applications disponibles. Son API est également très bien documentée. Slack propose un prix public de 11,75 € / utilisateur / mois.

Angle pour développer la Digital Workplace

Slack conçoit la Digital Workplace dans la messagerie d’équipe : un espace conversationnel d’équipe hautement configurable, qui amène un collectif à repenser sa manière de partager de l’information, se coordonner, articuler son processus métier. Les équipes et individus paramètrent leurs environnements en accord avec leur vision de la Digital Workplace. Cette approche nécessite une maturité à la fois digitale (configurer un environnement, mettre en place des intégrations, des bots…) mais surtout organisationnelle, culturelle (repenser la manière de collaborer).

Nouveautés et Roadmap

Dans la continuité des années précédentes et fidèle à sa stratégie, Slack a continué sa progression sur bien des aspects :  cloisonnement de l’information en canaux, nouvelle expérience pour ajouter un flux de travail avec simplicité, développement de fonctionnalités supplémentaires pour la sécurité des données (Slack EKM), connexions accrues et par domaines à Outlook / Google Calendar, nouveaux raccourcis claviers, fonctionnalités d’appels directement depuis Slack… L’éditeur a également lancé “Slack Connect”, un module permettant de relier jusqu’à 20 entreprises dans des canaux partagés (développement de plus de 4 ans). Toutes ces nouveautés sont occultées par le rachat de Slack par Salesforce, dont les synergies futures restent à déterminer, au-delà de la bonne intégration qui existe déjà.

Sociabble

La solution en quelques mots

Sociabble est historiquement un outil de “Employee Advocacy” qui se positionne aujourd’hui en tant qu’un outil de communication interne. Sociabble propose également un ensemble de fonctionnalités et des connecteurs pour transformer un environnement socle en une Digital Workplace avec un focus “communication”. Dans le cas où l’entreprise utilise Microsoft 365, Sociabble permet de faire des passerelles entre les différentes briques de la Suite. Une page d’accueil sur Sociabble permet aux utilisateurs d’accéder aux informations froides de SharePoint, aux dernières publications de Yammer et aux applications utilisées quotidiennement par l’utilisateur. Dans le cas d’utilisation d’une messagerie d’équipe comme l’outil principal de collaboration (ici Teams), Sociabble permet de publier des informations dans les canaux Teams, accéder à l’annuaire de l’entreprise et automatiser la publication de l’information via les bots. 

Angle pour développer la Digital Workplace

Il faut voir Sociabble comme une porte d’entrée à l’environnement socle de collaboration en plus de son positionnement initial (Employee advocacy et communication interne). La collaboration et la production de documents se font ailleurs avec un point d’accès depuis Sociabble. Avec les différents rôles et permissions, Sociabble est un outil “User-centric” qui facilite l’accès de tous les collaborateurs, y compris les frontline workers, à leur environnement de travail.  

L’engagement des utilisateurs est au coeur de l’expérience de Sociabble. Via un système de point/reward, l’activité des utilisateurs est mesurable et les rewards peuvent être consommés pour planter des arbres pour les entreprises responsables. 

Nouveautés et Roadmap

En plus des intégrations avec les outils de collaboration (Microsoft, Teams, Slack, etc) Sociabble a lancé un nouveau service “Support My Cause” pour encourager et supporter les initiatives et les innovations au sein de l’entreprise  avec un système de vote et commentaire pour identifier les idées les plus populaires. 

De nombreuses fonctionnalités ont été ajoutées à l’outil : les analytics avancés pour identifier les publications engageantes, un moteur de newsletter renforcé, l’évolution de moteur de notification pour être plus pertinent dans les push notifications, l’ajout d’un outil de chat sécurisé.

Sociabble est aussi clair sur sa roadmap pour les années à venir : l’ajout d’un espace de stockage documentaire pour héberger les documents de travail des utilisateurs est un exemple des fonctionnalités à suivre. 

Staffbase

La solution en quelques mots

Staffbase est un réseau social allemand, centré sur des fonctionnalités de communication, qui permet de mettre en réseau les collaborateurs de l’entreprise.
Pensée avant tout comme une application mobile pour répondre aux besoins des « Deskless workers », Staffbase est également disponible avec une interface web. De par sa conception mobile first, Staffbase est particulièrement adapté aux travailleurs mobiles, à ceux qui ne travaillent pas sur ordinateur (forces de vente notamment), ou encore à la génération Z dont les habitudes de communication sont très liées au mobile. Avec les bibliothèques de documents et des intégrations abouties avec la suite Microsoft 365 Staffbase vise un positionnement plus généraliste que les dernières années.
Les grands groupes allemands sont les clients de Staffbase avec un coût raisonnable à 1,5€/u/m.

Angle pour développer la Digital Workplace

Staffbase cible les entreprises ayant de nombreux deskless workers dans leurs rangs (Santé, Retail etc.), et compte près de 300 clients, majoritairement européens. L’outil est à la base un intranet de communication. En revanche, Staffbase peut être configuré comme une porte d’entrée à l’environnement de travail Microsoft 365. Tout dépend des enjeux du client pour en faire l’outil souhaité.

Nouveautés et Roadmap

En 2020, Staffbase s’est concentré sur l’amélioration de l’expérience utilisateur. Le moteur de recherche de contenus est renforcé avec les informations et les contenus pertinents en fonction du profil de l’utilisateur. Pour cela, l’éditeur a ajouté plus d’options administratives (champs de profil, granularité des informations personnelles de l’utilisateur) afin de permettre aux utilisateurs d’enrichir leur profils avec les informations plus complètes (métier, réseaux sociaux, fonction, etc).

Il est désormais plus facile pour les communicants de gérer le contenu partagé et cibler les publications en fonction de l’emplacement géographique et le métier de chaque profil de l’entreprise. 

Talkspirit

La solution en quelques mots

TalkSpirit adresse un éventail large de fonctionnalités standard et permet aux utilisateurs de déployer des usages de partage d’information, de circulation de celle-ci, de collaboration et de productivité. En une seule interface et une expérience utilisateur unifiée, TalkSpirit met en scène des fonctionnalités de partage d’information à toute l’entreprise, de communautés (publiques / privées / secrètes), de partage de messages asynchrones (publications semi-riches avec titres, quelques fonctions de mises en forme, commentaires, possibilités d’épingler des conversations), de conversations synchrones (chat, visio), de partage de fichiers avec hiérarchisation, de coédition en temps réel sur des notes, etc. La plateforme embarque également des connecteurs avec des applications tierces, comme le CRM PipeDrive, notamment. TalkSpirit est disponible au tarif de 7 € / utilisateur / mois. L’éditeur compte parmi ses clients la CMAP du Bas-Rhin, la CNPF.

Angle pour développer la Digital Workplace

L’éditeur se positionne comme une alternative française aux suite applicatives que proposent Microsoft ou Google. Pour cela, le produit se positionne sur les usages essentiels de la collaboration (tchat, visioconférence, drives partagés, coédition)

Pour répondre à une richesse fonctionnelle encore moindre, il met en avant une expérience utilisateur travaillée. 

Talkspirit permet ainsi de construire une Digital Workplace unifiée via ses espaces communautaires de travail ou de communication.

Nouveautés et Roadmap

Avec sa nouvelle interface, l’éditeur propose un nouveau design et de nouvelles fonctionnalités de productivité : OfficeNow pour la coédition, un nouveau Drive, un tchat mis en avant ou encore l’outillage de la visio. Il cherche ainsi à se placer comme alternative aux suites applicatives que sont GSuite et M365 avec une expérience unifiée. 

Talkspirit propose aussi un nouveau pricing avec 3 niveaux : standard, premium ou custom.

Pour 2021, l’éditeur compte travailler sur les usages de collaboration (gestion des drives personnels, synchronisation des agendas…). L’éditeur compte aussi outiller des usages de communication interne (mise en place d’une page d’accueil, gestion des lives et des webinar, etc.).

Unily

La solution en quelques mots

Unily est une plateforme visant à mettre en place des portails intranet et digital workplace, avec une dimension communication forte. Initialement créée par le cabinet de conseil et intégrateur BrightStarr, la plateforme s’est émancipée et fonctionne aujourd’hui comme un modèle éditeur pur. Les usages suivants sont adressés : communication (intranet éditoriaux avec des fonctions sociales comme le partage, le like, le commentaire), collaboration (en communautés, appelées “tribus” et venant s’ajouter aux Sites SharePoint), la mise en relation (via un module social dédié), accès aux expertises d’une entreprise (via un annuaire dédié), partage de connaissance (via une gestion de contenus traditionnelle mais efficace). La plateforme est née de la volonté de pallier les lacunes de Microsoft 365 en matière de portail et d’intranet de communication. Elle s’interface avec les tenants Microsoft de ses clients dans une architecture qui lui est propre. Les licences Unily coûtent 5 $ / utilisateur / mois. L’éditeur a séduit des entreprises comme Shell, TechnipFMC, Adecco. Sa levée de fonds de 68m$ en 2019 lui permet de poursuivre son développement à l’international. 

Angle pour développer la Digital Workplace

Unily propose un socle SharePoint clés en mains, personnalisable, pouvant être déployé en quelques semaines, avec une expérience utilisateur agréable, tournée vers la communication. Outre les usages de communication d’entreprise, Unily fournit des intégrations avec des applications métiers (Workday, ServiceNow) ainsi que des fonctionnalités communautaires et sociales proposant une alternative à Yammer et Teams dans un environnement unique. La plateforme se déploie sur le cloud (une version hybride existe), en marge du tenant Microsoft 365 client et donc sur une infrastructure Unily qui lui est propre. Unily s’adresse principalement aux Directions de la Communication (ou équipes digitales transverses) devant mettre en oeuvre rapidement un intranet ou digital workplace.

Nouveautés et Roadmap

Unily a consolidé ses fonctionnalités de communication et s’est adapté aux évolutions de Microsoft 365, particulièrement SharePoint (fonctions sociales et commentaires enrichies, contenus médias au premier plan des publications…). Unily a déployé son Feature Store, permettant à ses clients d’activer à la volée des fonctionnalités sur étagère. Unily défend un positionnement d’intranet haut de gamme et de design de services par ses clients et utilisateurs. Dans ce contexte où le travail en mode distribué est un enjeu majeur, Unily fournit des templates permettant de structurer l’accès à l’information essentielle pour un collaborateur hors site. L’éditeur fournit une interface mobile pensée pour les frontline workers et des fonctionnalités dédiées à l’engagement (virtual coffee breaks).

Valo

La solution en quelques mots

Valo est une surcouche à Microsoft 365 permettant de mettre en oeuvre une Digital Workplace adressant des usages de communication (globale à toute l’entreprise, par entité, populations…) et de collaboration (accès aux fonctionnalités Microsoft 365 – dont Teams, SharePoint, Stream, Yammer…). Valo se repose sur la Modern Experience de SharePoint. Le produit se trouve donc à mi-chemin entre un CMS riche comprenant toutes les fonctionnalités standards réadaptées à la vision de l’éditeur (gestion de sites et pages, articles, annonces, évènements, contenus médias…) et un portail de collaboration (accès aux groupes Microsoft 365, notifications, recherche d’expertise, accès aux contenus et documents de travail…). 

L’éditeur passe exclusivement par des intégrateurs pour vendre les licences Valo et intégrer la solution. Valo croit à la vitesse de son réseau, ce qui lui permet d’innover en permanence et de juguler les mises à jour quotidiennes fournies par Microsoft. En revanche, l’éditeur est soumis à une plus forte inertie quand il s’agit de déployer des nouveautés de Valo à l’ensemble du réseau. Valo est disponible pour 2 € / utilisateur / mois hors coûts d’intégration, et compte Vodafone, Valmet parmi ses clients.

Angle pour développer la Digital Workplace

Valo ambitionne d’être le point d’entrée unique vers les usages de collaboration. La plateforme adresse des usages de structuration de l’information, ce qui parle aux entreprises ayant des intranets de communication en fin de vie et ayant Microsoft 365. L’éditeur joue sur la facilité de mise en place et de déploiement de l’outil. Un projet de déploiement de Valo dure, en moyenne, de 1 à 3 mois en fonction de niveau de personnalisation demandé par le client.

Nouveautés et Roadmap

Dans la continuité de sa stratégie et de son modèle (entreprise dédiée à l’évolution de son produit et animation d’un réseau d’intégrateurs / revendeurs), Valo a accueilli 50 nouveaux partenaires en 2020. Valo a investi sur 3 nouveaux produits répondant aux enjeux du travail en mode distribué et aux évolutions de Microsoft 365 : Valo Connect (une application pour intégrer les fonctionnalités de Valo dans des applications externes, dont Teams), Valo Ideas (templates et processus pour outiller un processus d’idéation avec de la gamification, accessible depuis Teams), Valo Entrance (un module pour la gestion d’utilisateurs externes à l’entreprise). Valo Intranet a bénéficié de nouvelles fonctionnalités autour de l’organigramme et l’administration multi-sites. Valo Teamwork s’est doté de fonctionnalités de gouvernance pouvant être exploitées dans Teams, SharePoint et plus globalement les groupes Microsoft 365.

Whaller

La solution en quelques mots

Whaller est un réseau social d’entreprise français. L’outil est basé sur des communautés appelées “sphères’, indépendantes les unes des autres ou bien rassemblées sous une “organisation”. 

La sécurité est la clé de voûte de l’outil. Le design et les fonctionnalités sont pensées pour assurer un contrôle de la diffusion de l’information, dont l’utilisateur est maître. Par défaut, tout est sécurisé, et les sphères sont “verrouillées” afin de garantir une “souveraineté numérique”. L’utilisateur peut ensuite choisir d’ouvrir son réseau.

Les sphères sont cloisonnées afin de laisser l’utilisateur maître des informations qu’il reçoit, et ainsi limiter l’infobésité (la saturation d’informations) et améliorer sa concentration et sa productivité. 

Enfin, la personnalisation est poussée, tant en termes de patterns graphique, que pour la gestion des fonctionnalités additionnelles, et la gestion des autorisations.

Les entités du groupe BPCE (Caisse d’épargne et Banque Populaire), Carrefour Market et bien d’autres groupes utilisent Whaller avec une offre à 3€/u/m pour collaborer. 

Angle pour développer la Digital Workplace

Whaller se positionne sur des organisations de tailles diverses, particulièrement dans le secteur public et le domaine éducatif. La logique par “sphère” se révèle effectivement pertinente dans le cas d’une organisation éclatée et décentralisée.

Cette organisation permet à l’éditeur de mettre en avant la sécurité de sa plateforme en plus de son positionnement français qu’il revendique.

Nouveautés et Roadmap

Depuis janvier 2020, l’éditeur a rapatrié ses données en france chez OVH Cloud et a revu ses offres commerciales (notamment avec la possibilité de mettre en place une plateforme OnPremise)

D’un point de vue fonctionnel, on peut noter plusieurs nouveautés : gestion des webinaires, gestion des fichiers lourds, possibilité de créer des sphères éphémères, ou encore l’intégration OnlyOffice pour la gestion des documents.

Sur sa roadmap, l’éditeur compte travailler la sécurité et le chiffrement bout en bout en ses sphères et revoir en partie son interface pour simplifier l’expérience qui s’est enrichie (et complexifiée) au fil des dernières années.

Workplace by Facebook

La solution en quelques mots

Workplace est le réseau social d’entreprise édité par Facebook. La plateforme est inspirée de l’application grand public, dans ses usages comme dans son rendu. En tant que pur réseau social, l’outil est naturellement positionné sur des usages de mise en réseau à travers un fil d’activités global, un profil pour chaque utilisateur et des communautés thématiques. La messagerie instantanée (Workchat) embarque les fonctionnalités de chat et de réunion standard. Les interactions réalisées dans les groupes vont de la simple publication avec partage de document à la vidéo live et l’enregistrement de cette dernière. La variété des possibilités permet aux équipes de centraliser leurs échanges en un lieu unique. L’éditeur propose une expérience mobile à la pointe du marché. Il faut compter entre 4 et 8 $ / utilisateur actif / mois. Workplace by Facebook compte parmi ses références françaises le Groupe Adeo et ses 133 000 collaborateurs connectés, Danone, Europcar, Kering, Olympique de Marseille. La stratégie de Workplace porte particulièrement ses fruits dans le secteur du retail. 

Angle pour développer la Digital Workplace

Avec Workplace, l’objectif de Facebook est d’imposer un standard dans l’entreprise comme il l’a fait dans la sphère personnelle, en connectant l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise, quels que soient leurs métiers, contextes de travail, positions hiérarchiques. Le marché de l’environnement de travail numérique étant dominé par Microsoft et Google Workspace, Facebook se positionne comme étant l’acteur pouvant fournir une identité numérique à chaque collaborateur, y compris les Frontline Workers.

Nouveautés et Roadmap

Pour  répondre au contexte sanitaire, Facebook a fait évoluer ses fonctionnalités principales favorisant la connexion de toute l’entreprise :  “Live” a évolué (traduction et sous-titres, production, module questions / réponses), les salons de groupes ont été ajoutés, le “Safety Center” a fait son apparition pour gérer la communication de crise (templates de messages, réactions, métriques). Le module “Shift Cover” apporte de nouvelles fonctionnalités aux Frontline Workers pour gérer leurs rotations avec leurs équipes. 

Dans sa roadmap, Facebook compte muscler les capacités de connexions avec Workplace / Work Chat (ServiceNow) et rendra ses fonctionnalités avancées de Live et salons accessibles depuis son matériel de visio, Portal.

Zoho

La solution en quelques mots

Zoho Corporation, société indienne fondée à la fin des années 1990 et principalement connue pour son outil de CRM qui édite une suite de plus de 35 applications de collaboration adressant un large périmètre d’usages. On y retrouve notamment : la messagerie (Zoho mail), la messagerie instantanée (Cliq), le réseau social interne (Connect), la bureautique (Zoho Writer, Sheet, Show), le partage de documents (Docs), la gestion collaborative de documents (Workdrive), l’animation de réunions en ligne (Meeting), le partage de notes (Notebook), la gestion de projet en tâches / kanban (Projects), la gestion de salles virtuelles pour la formation par exemple (ShowTime), la gestion de projet agile en scrum (Sprints), construction d’applications (Zoho Creator)… De nombreux applicatifs supplémentaires complètent l’offre (Vault pour la gestion de mots de passe pour les équipes, Sign pour la signature électronique de contenus, Analytics pour le reporting / BI, etc.).  Les applications de l’offre possèdent leurs déclinaisons mobiles, de bonne facture. Zoho est disponible au prix de 5,4 € / utilisateur / mois.

Angle pour développer la Digital Workplace

Recentrée sur le CRM depuis 2010,  Zoho a réinvesti sur les applications de collaboration et se positionne aujourd’hui comme une alternative à Microsoft 365 et Google Workspace en matière d’environnement de travail numérique complet. La cible est les entreprises de taille moyenne / intermédiaire avec une population de forces de vente dominante, la gamme de produits positionnant le processus de relation client au centre.

Nouveautés et Roadmap

Zoho a stabilisé sa gamme de produit et est désormais sur un rythme ralenti, par rapport aux années précédentes. L’éditeur semble à nouveau se recentrer sur les populations de forces de vente, plus que de poursuivre son expansion en tant que suite généraliste. Son module d’IA, Zia, continue d’être enrichi. Ce module permet de construire des reportings pertinents par rapport à une donnée chargée, pour rechercher du contenu, pour effectuer des suggestions à la rédaction, voire questionner une base de connaissances pour rechercher une solution à un problème.

Zoho continue d’investir sur un environnement exploitable pour connecter d’autres univers : Zoho Creator permet la création d’applications pour transformer les processus métiers. La liste de connecteurs s’enrichit. Catalyst permet d’animer le développement de connecteurs et l’exploitation des APIs.