LA SOLUTION EN QUELQUES MOTS

G Suite, anciennement Google Apps for Work, est une suite d’applications de bureautique, collaboration, productivité, distribuée en mode SaaS sous forme d’offre “Entreprise”. G Suite propose les mêmes applications que celles disponibles gratuitement pour les particuliers : Gmail, Google Documents (Docs, Sheets, Slides), Google Drive, Agenda, Contacts, Groupes, Sites (pages web personnalisées) afin d’outiller des usages de partage d’information, productivité, co-édition de document, etc. Avec Google+, la suite permet également d’outiller des usages de réseau social d’entreprise. Google Hangouts (discussion instantanée) permet aux utilisateurs de travailler de manière synchrone.

G Suite est souvent vue comme l’alternative principale à Microsoft Office 365, de par son périmètre large d’usages couverts, l’effectivité et l’ergonomie des applications qui la composent, ainsi que ses tarifs compétitifs. La suite est particulièrement efficace pour outiller des usages de productivité individuelle et collective (exemples : co-édition de fichiers, organisation d’événements…) ainsi que la collaboration documentaire d’une petite ou moyenne équipe (projet, entité). Elle montre cependant ses limites concernant les usages sociaux transverses (Google+ peine à s’imposer) et n’est pas positionnée (paradoxe !) sur la gestion de la connaissance.

STRATÉGIE ET POSITIONNEMENT DE L’ÉDITEUR

Fort de sa capitalisation dans la sphère grand public, Google adresse en parallèle le marché des professionnels depuis 2006. En 10 ans, Google a su s’y faire une place de choix. En France, 15% des groupes du CAC 40 (pour 300 000 comptes) utilisent G Suite comme socle de leur environnement collaboratif numérique : c’est le cas notamment de Valeo, Lafarge / Holcim, Air Liquide… Google compte également Auchan et Oxylane comme larges utilisateurs. Au sein d’un marché de plus en plus bipolaire avec Microsoft, G Suite est un sérieux concurrent à Office 365. Google déploie une stratégie de pénétration agressive pour étendre son réseau de clients. En témoignent ses deux offres entreprise : la “basic” (suite identique à la version grand public, 4€ / utilisateur / mois) et la “business” (fonctions d’administration et d’archivage poussées, 8€ / utilisateur / mois). Aussi, pour attaquer directement le territoire d’Office, depuis fin 2015 Google donne accès à G Suite gratuitement aux organisations ayant déployé une solution concurrente pour 250 à 3 000 comptes (jusqu’à la date d’expiration de l’ancien contrat).

G Suite s’étend en développant de plus en plus d’intégrations et de partenariats avec d’autres acteurs (Slack, notamment). L’objectif premier de Google est d’être incontournable dans le quotidien des utilisateurs, au travail comme à la maison. Google se base sur l’intelligence artificielle de sorte à faire remonter l’information pertinente à l’utilisateur (Inbox, Springboard, Quick Access, etc.). L’éditeur prévoit, en plus des API, la mise en place d’App Maker pour créer ses propres applications en format low code ainsi qu’une refonte de Sites et la création de Team Drive (créer des drives par équipe).

LES NOUVEAUTÉS 2016

Au-delà du (discret) changement de nom en septembre, Google a lancé G Suite Training pour accompagner les utilisateurs dans leurs débuts. Côté fonctionnalités, Explore, qui remonte des suggestions à partir du contenu, fait son entrée dans Google Docs, Sheets et Slides. L’attribution de tâches peut désormais se faire depuis le document. Les commandes vocales arrivent progressivement. L’ergonomie a légèrement été revue (Google Docs, Google+). La sortie de Jamboard est une réponse directe au Smart Hub de Microsoft.

DÉTAIL DE L‘ANALYSE PAR FAMILLES D’USAGES