LA SOLUTION EN QUELQUES MOTS

Créée en 2011 dans la Silicon Valley, Beezy est un add-on qui s’applique au socle SharePoint. L’objectif est d’en augmenter le potentiel d’intranet collaboratif et social, via une expérience utilisateur retravaillée par rapport à la solution native de Microsoft. Beezy se distribue historiquement en On-Premise mais est également disponible en mode SaaS ainsi qu’en version hybride. Pour déployer Beezy, le client doit en prérequis être dans l’univers Microsoft : avoir des licences SharePoint ou avoir souscrit à Office 365. Les données cloud d’un client sont hébergées sur les mêmes serveurs que ceux de SharePoint Online ou Microsoft Azure.


Beezy transforme les sites SharePoint et sa gestion de documents pour mettre en scène des espaces communautaires centrés sur les contenus de tout type (document, wiki, blog, idée). La solution vise en premier lieu à équiper des usages de communication, de collaboration d’équipe, d’entraide et d’innovation. La plateforme est également centrée sur l’utilisateur, qui dispose d’un profil paramétrable ainsi que de fonctionnalités de gestion de son information (tri de son newsfeed et des types de contenus, construction et gestion de son réseau de collègues…). La contribution se fait via une fonction principale, le ShareBlock. La navigation est simple et épurée.

STRATÉGIE ET POSITIONNEMENT DE L’ÉDITEUR

Beezy est un des acteurs les plus en vogue sur le marché dense de l’add-on Microsoft SharePoint / Office 365 (où l’on compte Powell 365, Unily, etc.) et où jadis Sitrion et Calinda étaient positionnés. Ce positionnement est d’autant plus valide que Microsoft relègue sa brique historique au rang de pur socle technologique de gestion de contenus. Beezy prend petit à petit son indépendance par rapport à la firme de Redmond et souhaite, à terme, passer à une interface 100% Beezy ne s’appuyant plus sur SharePoint. En attendant, l’add-on pourra s’appliquer à SharePoint 2016 d’ici la fin du premier trimestre 2017.

L’éditeur cible les grands comptes et leurs entités. Il ambitionne de positionner sa solution comme orchestrateur d’Office 365 se déployant pratiquement clés en main, au-delà d’une pure surcouche sociale alternative à Yammer. L’objectif est de créer des liens entre les briques de la suite pour en améliorer l’expérience utilisateur, à la base décousue. L’éditeur souhaite développer une expérience utilisateur personnalisée exploitant le Microsoft Graph et autres services cognitifs, ainsi que se connecter avec les nouveaux produits Office 365 (dont Teams, Planner). Paradoxe, Beezy lancera en 2017 Beezy Pocket, un module de messagerie personnelle.

Beezy ambitionne d’être une digital workplace intégrant des outils de collaboration, de communication, de gestion des connaissances et des processus. En réalité, l’outil se concentre sur la transversalité et la productivité mais ne prend pas réellement en compte les processus métiers.

LES NOUVEAUTÉS 2016

Beezy met en production son ShareBlock, fonctionnalité transverse à l’ensemble de la plateforme, qui propose à l’utilisateur de produire n’importe quel type de contenu (blog, question, sondage, wiki…) directement depuis une seule et même interface. Une fonctionnalité utile mais bien fournie, pouvant complexifier l’usage. Beezy fait un pas vers la gestion de connaissance en proposant des fonctionnalités de choix de métadonnées associées à une communauté, administrables par son propriétaire.

DÉTAIL DE L‘ANALYSE PAR FAMILLES D’USAGES